AFRIQUE – LUTTE CONTRE LA CORRUPTION – L’EGLISE S’ENGAGE

Au Kenya, Eliud Wabukala, archevêque anglican à la retraite, devenu président de la Commission d’éthique et de lutte contre la corruption du Kenya en 2017 a lancé une campagne anti-corruption basée sur la Bible et comprenant une étude biblique anti-corruption Une enquête récente a révélé que, dans l’ensemble du Kenya, l’obtention d’actes de naissance était le service le plus sujet à la corruption.

Le guide d’étude biblique de la Commission d’éthique et de lutte contre la corruption a pour but d’aider les kenyans à rejeter l’idée d’une culture de la corruption permanente.

Au Soudan du Sud, classé 179 sur 180 selon l’indice de perception de la corruption, un évêque a adressé une lettre ouverte aux dirigeants de l’église et du gouvernement en août pour demander qu’il soit mis fin à la corruption et aux violences. Peter Jon Mayom, évêque du diocèse de Malek, a condamné la corruption et a appelé tous les chrétiens et leurs dirigeants à donner des exemples positifs.

En Afrique du Sud, un groupe de 24 chefs religieux s’est exprimé sur la corruption croissante et le pillage des avoirs de l’État. Dans une déclaration du 25 octobre, ils ont appelé tous les dirigeants d’église à « exercer leur ministère pastoral et prophétique pour relever les défis que nous identifions et rencontrons ».

Au Ghana, l’église a un projet de deux ans intitulé «Développer les cœurs, les attitudes et les esprits pour mettre fin à la corruption au Ghana», qui met en garde les étudiants contre la corruption.

En République du Congo, les évêques ont déclaré que la corruption à grande échelle était une des principales causes des problèmes économiques du pays. Les évêques ont imputé la corruption et le manque de transparence à la mauvaise gestion flagrante des ressources naturelles du pays.

Nous ne pouvons que saluer ces initiatives.